Fernando Sor : Variations sur l’air « Malbrough s’en va-t-en guerre »

Fernando Sor (de son vrai nom Ferran Sor i Muntades) est un guitariste et compositeur espagnol, né le 13 février 1778 à Barcelone, décédé le à Paris.


Bien que Sor soit reconnu surtout pour son travail à la guitare, il composa sous diverses formes : du lied à l’opéra, en passant par la musique pour ballet et les chansons patriotiques. Son œuvre à la guitare comprend des études et des leçons, desvariations, des menuets, des valses, des fantaisies, etc.

 

C’est son élève Napoléon Coste qui se chargea de cataloguer ses œuvres après sa mort. Si Fernando Sor reste une référence marquante encore aujourd’hui c’est probablement grâce à une exigence de compositeur qu’avaient peu de guitaristes de son époque. Il s’exprimait à ce sujet en préface de trois de ses recueils de petites pièces dont les titres à l’ironie mordante sont successivement Voyons si c’est ça, Est-ce bien ça et À la bonne heure. Il y explique qu’il tente de faire des œuvres de plus en plus simples pour répondre à la demande d’amateurs rebutés par la difficulté1 :

 

«  […] J’ai donc tâché de faire aujourd’hui comme les auteurs qui ne tombent point dans ces inconvénients : j’ai écrit pour l’Éditeur ; aussi bien je suis le mien depuis l’œuvre 34. J’ai suivi mes modèles dans leur marche mélodique et dans celle de la basse ; j’ai omis seulement certaines transitions que je n’ai pu m’expliquer et dont peut-être ne se rendraient pas raison non plus Haydn, Mozart, ni Beethoven, car je n’en ai jamais trouvé de pareilles dans leurs musique. […]  »

Les références de Sor sont ici explicites ; son admiration pour Mozart apparaît dans ses compositions, comme le célèbre Introduction, thème et variations sur O cara armonia de La flûte enchantée de Mozart, et des transcriptions de ce même opéra.